Orientation post Bac : témoignage d’un ancien élève du Likès sur les Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles (CPGE) scientifiques

Vendredi, jour de départ en vacances de Noël, une vingtaine d’élèves de terminale sont restés au lycée en fin d’après-midi pour échanger avec Yves Abraham, ancien élève du Likès, bachelier 2019.

Il a fait deux années de CPGE scientifiques au lycée Sainte Geneviève à Versailles (communément nommé Ginette), puis a intégré cette année l’école des Mines à Paris.

Voici son témoignage :

« J’ai vécu la prépa comme une expérience riche et intense qui m’a apporté énormément tant sur le plan des méthodes de travail que sur le plan personnel. J’y ai également noué de belles amitiés. En effet, j’ai pu y acquérir un esprit de dépassement de moi-même tout en cultivant un esprit de curiosité.
Tout d’abord, il est bon de garder à l’esprit que la vocation première d’une classe préparatoire est de préparer des étudiants à des concours sélectifs (d’écoles d’ingénieurs, de statistique, d’agronomie, de commerce, les écoles normales, etc. ).
C’est donc une formation non-diplômante qui peut assurer de nombreux débouchés tout en étant une des options les moins restreignantes de l’enseignement supérieur si vous souhaitez vous réorientez par la suite.

Je ne vous le cache pas : ces deux ans (ou trois pour les plus chanceux) ont leur lot de difficultés pouvant apparaître insurmontables de prime abord. C’est pourquoi une des clefs de la réussite en prépa est de garder la tête froide aux moments de remise en cause. Il faut savoir analyser un mauvais résultat pour ce qu’il est, c’est à dire une photo à un instant de notre niveau sur un sujet précis. Cela permet de se préserver et d’optimiser le travail pour le jour J : les semaines d’écrits !
Toujours dans l’idée de rationaliser le travail et de garder de la distance vis à vis de mauvais résultats, il est important de conserver certaines activités « plaisir » qui permettent de tenir le rythme. Il est aussi important de « ne pas travailler plus mais mieux » pour ne pas s’épuiser par un surplus de travail.

Il est aussi bon de savoir que toutes vos activités extra-scolaires peuvent intéresser les classes préparatoires dans lesquelles vous pouvez postuler, non pas pour leur pratique en elle-même mais pour ce qu’elles peuvent renseigner de votre personnalité (montrant que vous êtes une personne impliquée, polyvalente, etc. ). Ces activités peuvent également montrer votre capacité à augmenter votre quantité de travail au rythme de la prépa.

Pour finir, si je devais vous donner un conseil pour votre dossier Parcoursup c’est d’opter pour la répartition suivante : 3 vœux de rêve, 3 vœux accessibles, 3 vœux de sécurité, et ce en discussion avec vos professeurs principaux ou ceux se rapprochant le plus de la filière qui vous intéresse.

Si finalement vous optez pour une prépa, il n’est pas nécessaire de prendre de l’avance sur les programmes. Cela dit, consacrer un certain volume d’heures à s’y préparer peut permettre un meilleur démarrage en septembre (avec modération, penser aussi à arriver frais et disponible le jour de la rentrée). A minima revoir les fondamentaux en mathématique et s’attaquer à quelques problèmes un peu costauds qui obligent à penser plus par soi-même (par exemple avec le site MSA Ginette qui est très bien fait). Aussi, je m’en suis rendu compte, lire sérieusement les œuvres de français ! »

Propos recueillis par Yann Cogan

Publié le : vendredi 28 janvier 2022

LE LIKès | La Salle - Quimper

20, Place de la Tourbie - 29196 QUIMPER Cédex
Tél. 02 98 95 04 86 - Fax 02 98 95 06 24

Contact | Plan du site | Mentions légales

suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter

une création : www.studioentete.com