Les 1ères et Terminales L à Nantes : Arts, Urbanisme et Esclavage ...

Balade sur une oeuvre d’art ...

Mercredi 24 Octobre, les classes de 1ère L et de Term L s se sont rendues sur le site de Lavau-Sur-Loire afin de découvrir et de parcourir une installation artistique intitulée : L’Obervatoire ,réalisée par le plasticien japonais. Tadashi Kawamata.

Cet artiste réalise dans le monde entier des œuvres dites « In Situ ». Son matériau de prédilection est le bois (cagettes, planches, etc…) qu’il utilise dans des installations artistiques qui modifient notre expérience et notre perception des sites. Il s’agit très fréquemment d’architectures, de passerelles, de ponts surélevés qui semblent naître du lieu et qui demandent à être empruntés.
L’Observatoire est œuvre située sur le parcours estuaire Nantes - Saint – Nazaire. Une rencontre heureuse et importante, puisque le travail de l’artiste est au programme, pour les élèves de spécialité Arts Plastiques, de l’épreuve de culture artistique au Baccalauréat.
Sur des terrains affectés au Conservatoire du Littoral, au cœur des marais, située à 40 cm au-dessus du sol et sur près de 800 mètres, nous empruntons une passerelle à peine perceptible au cœur des roselières. Elle nous invite à nous éloigner du monde réel pour plonger dans une nature abondante. La sensation de marcher au-dessus des terres humides incite à la rêverie et au flottement.


Au bout de ce cheminement, nous atteignons une plate-forme sur laquelle est implantée une tour de 6 mètres, offrant aux visiteurs et aux habitants, un nouveau point de vue sur le fleuve : La Loire.

A l’origine de son travail, Tadashi Kawamata s’intéresse à des questions d’urbanisme. L’artiste réalise donc un cheminement de bois qui relie le bourg du village à l’Observatoire. Cette réalisation repose sur l’étude précise du site sur lequel il vient concrétiser un lien physique entre l’homme (l’habitant, le visiteur) et le lieu. Lavau-sur-Loire retrouve donc son caractère portuaire.
A cette question d’urbanisme, l’artiste ajoute une dimension collective. Dans chaque projet, il s’entoure d’étudiants, d’habitants, de groupes qui participent au montage et à la réalisation de l’œuvre, à l’occasion de workshops. Ainsi, ce sont plus de trente personnes de tous horizons qui ont participé à la réalisation de cet Observatoire en 2007 et du Cheminement en 2009. Cette participation, indispensable à l’artiste, a permis de réactiver la mémoire des lieux et de construire un pont entre passé et futur.
Pour beaucoup d’élèves, la surprise a été de découvrir une œuvre d’art installée en situation, hors des murs d’un musée qui habituellement sacralise une peinture ou une sculpture.
Cette pratique est en effet l’un des modes d’expression les plus originaux et les plus fertiles de la création contemporaine. L’essentiel étant de comprendre que le concept d’œuvre d’art comme « installation ou environnement » s’élabore à partir de l’idée que le spectateur doit habiter l’œuvre au même titre que le monde.

Myriam Le Seac’h, professeur d’Arts Plastiques

A travers le temps vers une mémoire de l’esclavage , et dans l’esprit du Projet Comenius-Unesco entamé dans la série , la« folle journée » à Nantes se poursuit au château des Ducs de Bretagne (qui a encore de beaux restes), sur les traces de la mémoire de l’esclavage où la ville de Nantes s’est tristement illustrée comme le plus grand port négrier dans le commerce triangulaire en France.



Le Château retrace l’histoire de ce commerce particulier, autorisé dès 1512 et encouragé tout au long des XVIIème et XVIIIème siècle, à travers l’exposition de documents autographes, d’objets de toutes sortes qui illustrent les pratiques des négriers mais aussi les richesses accumulées par ceux qui se livraient à ce trafic d’êtres humains, tant sur les rives françaises qu’africaines ou américaines.

Sur le chemin du retour, qui nous mène vers l’île de Nantes, nous passons par le Mémorial de l’esclavage qui borde le quai de l’impétueuse Loire. Sous nos pieds, le nom si charmant, parfois exotique , souvent féminin des innombrables navires qui déportèrent des Africains vers l’Amérique et l’Océanie. Et des chiffres éloquents : 550000 africains déportés, rien que pour le port de Nantes. 13 millions d’africains déportés en tout en un peu plus de trois siècles et environ 1.5 millions morts durant la traversée…Des chiffres à la hauteur des grandes « boucheries » du XXème siècle !

Rencontre Orientation : le monde la culture

Sur l’île de Nantes, rencontre avec Dorothée Laot (ancienne élève du Likès) à la station Prouvé (ancienne station essence, transformée en lieu d’informations culturelles et touristiques). Dorothée nous raconte le parcours qui l’a conduite de Quimper à Nantes où elle est, après un B.T.S. Audiovisuel à Montaigu puis une expérience au Théâtre de Lorient, Chargée de Gestion des sites touristiques et culturels pour Voyage à Nantes.

Elle nous présente les différents projets culturels de la ville, en particulier la biennale Estuaire (installation d’œuvres d’art in situ, sur les bords de Loire, entre Nantes et St Nazaire), et, nous rappelle la nécessité d’un véritable dialogue avec toutes les instances locales (mairies, associations, population) pour assurer la viabilité du projet et le respect des œuvres (qui sont sans protection sur les sites).
En sortant, il nous reste encore assez de temps pour profiter des fameuses machines de l’île, le grand carrousel et l’éléphant en ballade sur le parvis.

Merci aux artistes qui ont accepté de participer à notre petit concours de croquis ...Marine, Alexandre et Manon élus à l’unanimité du jury ... Merci à Myriam Le Seac’h, Fabienne Lacouture et
Véronique Benoist pour leurs talents de reporters combinés .. Les regards vont continuer à se porter sur les célébrations de l’Abolition de l’Esclavage au travers du projet Comenius-Unesco en 1ère et certains reverront des objets de mémoire semblables au Musée Maritime d’Amsterdam lors de l’échange avec nos amis d’Utrecht ... Les coups de crayon continuent ...

Lionel Poiraudeau

Publié le : mercredi 7 novembre 2012

LE LIKès | La Salle - Quimper

20, Place de la Tourbie - 29196 QUIMPER Cédex
Tél. 02 98 95 04 86 - Fax 02 98 95 06 24

Contact | Plan du site | Mentions légales

suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter

une création : www.studioentete.com