Le palmarès de 1887-1888 : la révolution industrielle.

Après le décès de M. Clément Olive le 6 mai 1886, le département a décidé de ne plus financer la Chaire d’agriculture qui a été transférée à l’École Normale, laïcisée en 1880 (les Frères étaient responsables de cette école jusque là).
Les cours d’agriculture (dont le programme figure dans le palmarès ci-dessous) sont à la charge de l’établissement et assurés par M. Raoul Olive, fils du fondateur de la Chaire d’agriculture. Une commission contrôle la formation et établit son premier rapport le 19 juillet 1888 (il est présenté en fin de palmarès).

L’année 1887-1888 est la première d’un long et fécond directorat, celui du Frère Cyrille-des-Anges (1887-1901 : voir ci-dessous). Les études ont été réorganisées. Dans le nouvel organigramme, une division industrielle apparaît pour la première fois en troisième et seconde classe.

Depuis le 25 octobre 1886, un atelier d’ajustage a été installé au rez-de-chaussée de la Maison Blanche (emplacement actuel des classes de BTS) avec comme chef d’atelier M. Le Bars, serrurier de l’école. Jusque-là, les cours d’atelier (pour les candidats aux Arts et Métiers et à l’École des Mécaniciens de la Marine à Brest) se donnaient chez des artisans en ville.

L’atelier d’ajustage sera déménagé en 1888 avant la démolition de la Maison Blanche qui laissera place au bâtiment du Petit-Noviciat.
Il est transféré au Nord de la propriété (près du jardin). Depuis lors, les équipements industriels ne quitteront plus cette localisation.

On observera aussi la diversité des prix en fin de palmarès (plain-chant, musique vocale, musique instrumentale, langue anglaise, gymnastique, travaux d’atelier d’ajustage, exposition scolaire.)

Le Frère Cyrille-des-Anges, Directeur (1887-1901)

JPEG - 45.1 koLe Frère Cyrille des Anges

Doué de brillantes qualités pédagogiques et d’un rare talent d’orateur, le C. F. Cyrille arrive de Lorient, en pleine force de l’âge, et déjà mûri par l’expérience. Il va diriger d’une manière exceptionnelle le Pensionnat Sainte-Marie et le conduire à l’apogée de sa Prospérité et de sa réputation.

Évolution des enseignements.

La section industrielle.
Un nouveau débouché vient de s’ouvrir aux élèves de la section industrielle : l’école des Mécaniciens de la Flotte, à Brest. Aussitôt, le nouveau directeur réorganise les études, les dirigeant principalement de ce côté. Le succès est rapide et éclatant, et désormais les « likès » fournissent aux mécaniciens un contingent annuel nombreux et de qualité.
Le Frère Cyrille des Anges décide aussi, à la fin du siècle, de la construction d’ateliers, au nord de la cour Saint-Joseph. On en tirera le meilleur parti jusqu’en 1930.
Le 13 mai 1900, l’amicale des anciens découvre le nouveau bâtiment et que voient-ils ?

JPEG - 93 koL’atelier d’ajustage aménagé en haut de la cour Saint-Joseph. La date de 1898 figurant dans l’historique parait précoce !

« Une superbe salle de 40 mètres de long, 10 de large et 7 de haut ; dans cette salle, une machine à vapeur - qui fonctionne aujourd’hui - un tour, trois machines à percer, soixante étaux, cinq forges, etc.
Ah ! Nous n’en sommes plus à ce pauvre cher atelier où l’on était si à l’étroit et où pourtant l’on travaillait si bien. Nos jeunes remplaçants sont traités en enfants gâtés, mais pourquoi s’en plaindre, n’en est-il pas toujours ainsi dans une famille où l’on s’aime bien ? »

A l’époque, les ateliers réalisaient un progrès considérable et mettaient l’école au premier plan des établissements professionnels de la région.
Le Pensionnat était ainsi complètement équipé et on pouvait lui prédire un avenir heureux.

JPEG - 74.4 koLa nouvelle Forge

La section commerciale.
La Section Commerciale ne sera organisée que plus tardivement. Elle figure nommément dans le Palmarès de 1898, sous le titre de « Section Administrative et Commerciale ». Mais la chose existait avant le nom. La première mention de la « Comptabilité Commerciale », dans le Palmarès, est en date de 1869, pour la 2ème classe ; on la retrouve dans toutes les années suivantes.
En 1870 s’introduit l’étude de l’anglais. Il faudra attendre l’année 1895 pour trouver une « Division préparatoire à diverses administrations », mais sans mention d’aucun commercial.
En 1896, la « Tenue des Livres » est introduite.
La grande modification de 1898 consacre la « Section Administrative et Commerciale » avec deux classes spéciales ; cet enseignement sera dès lors maintenu dans le cycle des études du Pensionnat.

L’association des Anciens Élèves.
Depuis longtemps déjà, on songeait à établir une Association amicale des Anciens Elèves des likès. Le nouveau Directeur va réaliser ce désir.
Le dimanche 2 Juin 1889, a lieu une réunion préparatoire, afin de s’entendre sur les moyens à prendre pour l’organisation de cette société. L’Assemblée Générale constitutive se tient le 7 Juillet de la même année. Le premier président est M. Eugène Bolloré. Il le restera jusqu’en 1924.

Le 29 Juin 1890, se réunit le Comité de l’Association, dans le but de fonder un Prix en faveur de l’Agriculture et un second en faveur de l’Industrie. Ces récompenses seront décernées par la suite aux élèves les plus méritants dans ces 2 branches de l’enseignement. Puis seront créées des bourses, et demi-bourses pour être accordées aux brillants élèves peu fortunés du Pensionnat.

La Chapelle.
Le F. Cyrille des Anges avait souhaité une chapelle indépendante et spécialement adaptée aux besoins de l’École.
Telle qu’elle se présente, la Chapelle peut être considérée comme l’une des belles œuvres du chanoine Abgrall, style du XIIIe siècle, beau granit blanc de la région, colonnes élégantes et chapiteaux remarquables.
Malheureusement, le chœur est limité par un mur plan. On a bien essayé de corriger par des perspectives, des arcades et des statues, ce que présentait d’inachevé une telle abside, mais on regrettera l’absence d’un vaste chœur qui permette de donner aux cérémonies liturgiques toute la splendeur désirable.
Les constructions du Petit Noviciat limitaient les possibilités de l’artiste.

JPEG - 71.9 koLa Chapelle qui abrite actuellement les selfs.

L’utilisation scolaire et liturgique sera par contre excellente : facilité pour tous de suivre les cérémonies du culte, grâce à l’autel surélevé, circulation rapide par les bas-côtés, surveillance facile des élèves.
La pose de la première pierre, a eu lieu en 1896 et la bénédiction de la Chapelle, le dimanche 22 mai 1898.
Sous la chapelle, on avait aménagé une grande salle des fêtes.

JPEG - 50.9 koLa salle des fêtes située sous la Chapelle.

Départ du Frère Cyrille des Anges.
Les multiples travaux du F. Cyrille des Anges l’avaient épuisé. En août 1901, il demande à être relevé de ses fonctions de Directeur, et il sera exaucé.
Il sera nommé Inspecteur des Écoles de la Bretagne, avec résidence à Quimper.

Pendant quatorze ans, il avait dirigé le Pensionnat avec une maîtrise universellement admirée.
En dix ans, de 1887 à 1897, le nombre des élèves s’était accru de 480 à 798. Les quatre années 1897 à 1901 furent moins heureuses, accusant une diminution annuelle qui réduisit la population scolaire à 620 élèves, mais la reprise s’affirmait déjà quand le Frère Cyrille des Anges quitte la direction de l’école Sainte-Marie.

Publié le : samedi 25 août 2012

LE LIKès | La Salle - Quimper

20, Place de la Tourbie - 29196 QUIMPER Cédex
Tél. 02 98 95 04 86 - Fax 02 98 95 06 24

Contact | Plan du site | Mentions légales

suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter

une création : www.studioentete.com