HISTOIRE : En 1900, les anciens réclamaient de la réclame !

Le premier numéro du bulletin de l’Association amicale des anciens élèves du pensionnat Sainte-Marie, école des "likès", s’était contenté d’un compte-rendu succinct de l’assemblée générale. Mais, très vite, la publication a ouvert ses pages à des chroniques d’anciens élèves, de pensionnaires et a porté la communication officielle des responsables de l’école.

Un numéro par an, ce n’était plus suffisant. Seulement, éditer un bulletin, ça coûte cher. Comment faire ?

Au cours de l’Assemblée Générale du dimanche 13 Mai 1900, M. Bolloré, président de l’association déclarait :

« Dans notre dernière réunion du Comité, j’ai proposé la création d’un 2ème Bulletin, avec annonces commerciales dans les deux Bulletins.

Je pense, Messieurs, que vous ratifierez cette proposition qui entre dans les vues de l’article 3 de nos statuts, concernant la solidarité que nous nous devons.

Les prix pourraient être :
10 francs [1] la page,
5 francs la 1/2 page,
3 francs le 1/4 de page,
1 franc la ligne.
 »

JPEG - 29.7 koExtrait du bulletin annonçant les tarifs des "réclames"

Ligue anti-alcoolique et pub pour l’alcool.

En 1900, la lutte contre l’alcoolisme est une grande préoccupation de la société finistérienne et donc du Likès. Le 8 décembre 1900, jour de la fête de l’école (le compte-rendu du bulletin est repris ci-dessous), une conférence est même organisée sur ce thème, en présence de Mgr l’Évêque.

En 1902, une société antialcoolique créée au Pensionnat, va être affiliée à la Ligue française anti-alcoolique. Son président, élu le 16 novembre 1902, est Jean Caër, de Pont-l’Abbé.

On peut alors s’étonner du contenu des publicités. Il ne fallait sans doute pas être trop regardant sur l’objet de la publicité pour récupérer un peu d’argent.

Dans ces 27 pubs, il y en a 4 qui concernent les vins et spiritueux et 1 une brasserie.

Petit détail : l’association qui n’a pu vendre que 27 espaces auraient du récupérer 142 francs (13 pages à 10 fr. et 1 à 12 fr.). En fait, les comptes de 1901 ne font apparaître que 132 francs.

JPEG - 56.8 koÉtat de la trésorerie, présenté en 1901

8 Décembre 1900, jour de fête au Pensionnat Sainte-Marie (Le Likès).

Comme l’écrivait un ancien élève à son jeune frère, tout au Pensionnat est à la joie aujourd’hui. La fête a commencé par une bonne communion générale qui a dû grandement réjouir le cœur de la bonne Mère que nous célébrons.

C’est spécialement la fête des Congréganistes. Aussi porteront-ils leurs insignes toute la journée et se montreront-ils fiers d’être les Enfants de Marie ! Aussi bien leur petite famille va-t-elle s’agrandir ce soir.

Le temps, quoique maussade, aurait pu nous contrarier davantage, ne nous plaignons donc pas.

A 10 heures, M. le chanoine Le Roy, recteur de Saint-Mathieu, célèbre la messe solennelle, pendant laquelle la musique du Pensionnat joue quelques beaux morceaux. Malgré des difficultés de plus d’une sorte, l’excellent chef la tient à hauteur des circonstances ; nous l’avons constaté avec plaisir une fois de plus.

Les vêpres ont été chantées à 1 heure 1/2, puis les élèves sont sortis.

A 5 heures, la chapelle présentait un aspect fort intéressant. D’abord l’illumination était parfaite, et nous engageons nos amis qui ne l’ont point vue à assister à une fête du soir dans la chapelle du pensionnat ; ils nous diront ce qu’ils pensent de cette apothéose de la Sainte Famille dans la grande baie pratiquée au dessus du maître autel.

JPEG - 107.8 koLe choeur de la Grande Chapelle, bénie le 22 mai 1898

Du côté de l’Évangile, sur une petite estrade, voici Monseigneur, qui a répondu si gracieusement à l’invitation que les Frères lui ont adressée. A ses côtés, M. le chanoine Vieille-Cessay, secrétaire général, et M. le chanoine Le Roy.

De chaque côté du chœur, une douzaine de prêtres et les enfants de chœur ; en chaire, M. le chanoine Eveno, supérieur du Séminaire pour les Missions d’Haïti. « Je mettrai l’inimitié entre toi et la femme, et elle t’écrasera la tête. » La guerre est déclarée : d’une part, Marie et sa race (Jésus et les hommes) et de l’autre, Satan et sa postérité (le péché). Une demi-heure durant, M. le Supérieur captive l’attention de ce petit peuple qui remplit les bancs de la vaste chapelle.

Le sermon est terminé. Le préfet de la Congrégation s’avance. "Pour la plus grande gloire de Dieu et l’honneur de la Congrégation, tous ceux qui désirent être reçus congréganistes sont invités à s’approcher."

Dix jeunes gens répondent à cet appel et formulent leur ferme résolution d’être reçus Enfants de Marie.
La cérémonie suit son cours, puis Monseigneur donne la bénédiction solennelle du Très Saint-Sacrement.

Une réunion intime, présidée par Sa Grandeur, suit la cérémonie religieuse, et vers 8 heures tout le monde est réuni à la salle des fêtes, pour assister à la conférence annoncée de M. le comte de Vincelles sur l’antialcoolisme.

Pendant une heure, le sympathique conférencier a fait passer successivement sous les yeux de ses auditeurs, charmés mais surpris, les terribles effets de l’alcoolisme sous toutes ses formes.
Aussi Monseigneur l’a-t-il vivement remercié du zèle déployé par la Société dont il est le président, pour essayer d’enrayer d’abord, puis de faire baisser dans le Finistère l’usage de toutes ces boissons distillées si nuisibles à l’individu, à la famille et à la société.

Entre temps, un 1er Prix du Conservatoire, un flûtiste distingué, M. Ferrary, a soulevé d’unanimes applaudissements dans tout l’auditoire, par le brio avec lequel il a exécuté divers morceaux sur sa flûte enchantée.

Enfin, par suite du manque de lumière oxyéthérique [2], la partie amusante n’a pu avoir lieu, ce qui a permis à tout le monde d’aller se coucher un peu plus tôt. Une mauvaise langue m’a dit que quelques-uns ont rêvé d’alcoolisme, et quelqu’un même aurait dit vers son lever :
« encore un verre, Mme Le Roux ».

Notes

[1En 1900, 1 franc valait environ 3,25 euros actuels.

[2La lumière oxyéthérique était utilisée pour les projections et le cinématographe qui apparaissent au Likès aux premiers jours du 20ème siècle.

Publié le : mercredi 7 novembre 2012

LE LIKès | La Salle - Quimper

20, Place de la Tourbie - 29196 QUIMPER Cédex
Tél. 02 98 95 04 86 - Fax 02 98 95 06 24

Contact | Plan du site | Mentions légales

suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter

une création : www.studioentete.com