Évolution de l’architecture de Quimper (sortie n°2)

Ce matin, la brume habille le vieux Quimper à la manière du célèbre sfumato de Léonard de Vinci. Carnets de croquis à la main, les élèves de 1ère TEB (option Assistant d’Architecte) partent du Likès retrouver notre guide à la maison du Patrimoine. Pascal Le BOEDEC nous fait un parallèle entre l’évolution de Paris et celle de Quimper de la fin du XIXème siècle au début du XXème siècle.

La ville de Quimper reçoit en 1858 la visite officielle de Napoléon III et de l’impératrice Eugénie. L’empereur est le premier chef d’État français en exercice à visiter Quimper. L’accueil est si chaleureux que Napoléon aide à la réalisation de grands travaux dans la ville. De grands principes d’urbanisme du « Paris d’Haussmann » sont visibles : Création de grands axes aérés, d’espaces verts, d’immeubles de rapports (de type haussmanniens). La ville connaît une grande effervescence. La rue Kéréon est alors peu à peu désertée au profit des quais où l’activité est très importante avec le port, les grandes brasseries, les hôtels. Cette période de prospérité amène à Quimper un esprit de « belle époque » le long de l’Odet, on y vient pour « voir et être vus ».

Après cette introduction dans la maison du Patrimoine, nous débutons notre visite par les « nouvelles » Halles. Nous redécouvrons les Quais du Steir et de l’Odet, avec les immeubles, la préfecture, les passerelles, le café de l’épée, la maison de Max Jacob, le théâtre, la passerelle Max Jacob et son jardin agrémenté de mobilier urbain XIXème comme la fontaine Wallace.

D’autres réalisations très différentes sont aussi présentes le long des boulevards. Dans un style qui « bluffe » les élèves :
De quelle année est cette construction ?
1990 ? 1985 ? 1970 ?
Regardez bien, la date est inscrite sur l’une des façades...
1933 !

Et oui ! Ty Kodak est bien une construction des années 30 ! Réalisée par Olier Mordrel. Par ses fenêtres en bandeau, ses bow-windows, et son toit terrasse cette maison révèle des caractéristiques du style international. Ce mouvement fut animé par des pionniers comme l’école du Bauhaus en allemagne, Ludwig Mies van der Rohe à Chicago et Le Corbusier en France.

Cette 2ème visite sur l’évolution de l’architecture de Quimper fut riche en anecdotes et a permis de poser un nouveau regard sur Quimper et l’architecture et de mieux comprendre le thème étudié en classe sur l’évolution de Paris et les enjeux du « Grand Paris ».

O. SALAÜN

Publié le : lundi 21 mars 2011

LE LIKès | La Salle - Quimper

20, Place de la Tourbie - 29196 QUIMPER Cédex
Tél. 02 98 95 04 86 - Fax 02 98 95 06 24

Contact | Plan du site | Mentions légales

suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter

une création : www.studioentete.com