De la pointe à la racine… « Cheveux chéris, frivolités et trophées » une exposition qui décoiffe !

Coiffée, peignée, soignée ou encore cachée…..L’exposition de l’Abbaye de Daoulas « Cheveux chéris, frivolités et trophées » met à l’honneur la chevelure et dévoile mystères, codes et symboles qui s’y cachent et s’y rattachent, et ceci depuis la nuit des temps.

Les collégiens des classes de 303 et 306 ont ainsi pu comprendre combien nos cheveux en disent long sur nous, nos époques, nos revendications cheveux longs des jeunes américains au moment de la guerre du Vietnam par exemple pour dénoncer l’engagement militaire nos traditions ou encore nos stéréotypes le brun ténébreux, la brune provocatrice ou encore la blonde stupide en découvrant des peintures classiques, des sculptures, des films d’archives, des photos contemporaines ou encore des affiches….

Dans cette exposition qui « décoiffe » et qui présente des objets exceptionnels que l’on n’a pas l’habitude de voir exposés comme la tête trophée Munduruku et le masque Kanak savamment décoré les élèves ont été confrontés à d’incessantes interrogations : pourquoi se cache-t-on les cheveux ? Quel passage initiatique la coupe des cheveux peut-elle générer ? Quels statuts peuvent être associés à une coiffure ? Quelle est la part de la religion, des croyances, des coutumes qui détermine une coiffure ? Les visiteurs découvrent aussi que voulue ou subie, la perte de cheveux peut être angoissante ou traumatisante, que les cheveux blonds conservent un fort pouvoir de séduction, et que la couleur rousse suscite toujours autant d’interprétations….

Parures gigantesques en ailes de coléoptères par exemple, scalps, têtes réduites d’Equateur, coiffes, perruques, ou encore immenses portraits de stars hollywoodiennes …l’exposition, initialement conçue et présentée au quai Branly en 2012 a permis, avec plus de 200 objets, à chaque élève de comprendre combien le cheveu est lié à l’intime tout comme à l’universel.
Une exposition fascinante et deux promenades photographiques sur ces cheveux-supports d’expression, qui permettent de s’interroger sur la représentation que chaque civilisation aime à donner d’elle-même, tout comme chaque individu aime à donner aux autres.

Etonnante et enrichissante, au croisement de l’art, de l’ethnologie, une visite « vrai point de départ » à de multiples questionnements sur la représentation de soi-même et des autres.

Madame Louërat, enseignante.

Publié le : lundi 22 octobre 2018

LE LIKès | La Salle - Quimper

20, Place de la Tourbie - 29196 QUIMPER Cédex
Tél. 02 98 95 04 86 - Fax 02 98 95 06 24

Contact | Plan du site | Mentions légales

suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter

une création : www.studioentete.com