De 1945 à 1962

Après que le Frère François Le Bail, qui avait succédé au Frère Joseph Salaün mort en déportation, eut rapidement remis en route la vieille école, arriva le temps des constructions.

Directorat du Frère Laurent Le Guellec

JPEG - 14.1 koEn 1947, un nouveau directeur était nommé : Frère Laurent Le Guellec. Dans son histoire, le Likès aura connu quelques grands bâtisseurs. Le Frère Le Guellec en fait partie. Plus de 50 ans après, certains appellent encore le bâtiment St Jean Baptiste de la Salle (là où sont actuellement les secondes) le bâtiment Le Guellec !

1948 : Un cloître à la place du préau de la cour Sainte-Marie

Le vieux préau qui abrita les élèves pendant 80 ans demandait, pour être remis en état après « l’occupation », des réparations dispendieuses. On décida de la remplacer par un cloître moderne, plus large et plus long que son aîné.

JPEG - 86.9 koCour St Marie pendant la guerre

JPEG - 85.6 koHaut de la cour St Marie pendant la guerre

Pour la rentrée d’octobre 1948, le nouveau préau, avec ses colonnes de granit, était en état d’abriter les 300 élèves de la 3ème division et de permettre une circulation facile de toute l’école vers les réfectoires et la chapelle.

Pendant le 1er trimestre 48-49, on érigea deux tourelles, l’une au Nord et l’autre au Sud de la façade ouest de la cour Ste Marie, destinées à contenir des installations sanitaires modernes.

JPEG - 95 koConstruction du cloître et la tourelle Nord

JPEG - 99.6 koLa cour St Marie après la fin des travaux

4 Mai 1952 : Bénédiction et inauguration des nouvelles constructions

JPEG - 93.9 koLe dimanche 4 mai 1952, le Likès accueillait le Très Honoré Frère Athanase-Emile, Supérieur Général des Frères des Ecoles chrétiennes. Accompagné de Son Excellence Monseigneur Fauvel, Evêque de Quimper et de Léon, il allait inaugurer 3 grands équipements. Dans son discours, M. Jean Marchalot, Président de l’Amicale des anciens élèves du Likès déclarait : « Au cours de son existence, le Likès a connu bien des vicissitudes, a subi bien des agrandissements et des transformations, et cette évolution constante est un signe évident de sa vitalité et de sa volonté de toujours se mettre mieux et davantage au service des familles, des enfants et au service de l’Idéal de l’Institut. »

Extension des ateliers

La dernière extension des ateliers datait de 1938, avec la construction d’un 5ème « shed » au nord de l’atelier de mécanique. Il accueillait l’atelier d’électricité. De nouvelles constructions entre l’ancien atelier de mécanique, devenu hall de menuiserie en 1930, et le hall de sports, ont permis de multiples améliorations : locaux plus spacieux, machines plus modernes et plus nombreuses… Dans le palmarès 1951-1952, on peut lire : « Selon toute vraisemblance, de notre plan d’ensemble concernant l’enseignement technique, à la fin de 1952, il ne restera plus à édifier que le local de la section Automobile, en prolongement Est du hall de gymnastique … »

JPEG - 67 koMise en place de la charpente des nouveaux locaux industriels

JPEG - 105.8 koVue aérienne du Likès vers l’Ouest. On remarque les nouvelles salles de l’atelier et le bâtiment St Jean Batiste de la salle à droite du bâtiment St Joseph. Au fond à droite, le collège St Yves

Bâtiment Saint-Jean-Baptiste de la Salle

C’est une construction mesurant 50 mètres de façade ouest et comprenant rez-de-chaussée et 3 étages. Le bâtiment est actuellement principalement occupé par les classes de secondes. « Tous les participants (à l’inauguration) admirèrent l’ensemble et les détails de la construction : vastes halls d’entrée, spacieux couloirs de circulation à chaque étage, larges escaliers, au sol recouvert de carrelage ou de mosaïques. Les classes impressionnèrent par leur dimension, par leurs excellentes conditions d’aération, d’éclairement, d’insonorisation. »

JPEG - 101.2 koDémolition avant la construction du nouveau bâtiment

JPEG - 76.1 koLe couloir du nouveau bâtiment, il y a 52 ans !

JPEG - 83 koA droite, les classes du rez-de-chaussée (!) en construction

JPEG - 66.8 koLe bas de la cour St Joseph

JPEG - 80.6 koLa tour des escaliers côté petite chapelle

Aplanissement du terrain de sports de Kermoguer

Entre 1922 et 1928, le Likès a eu la chance d’avoir, comme économe, Frère François Losq. C’est lui qui entama les démarches pour acquérir le terrain de Kermoguer en espérant en faire un terrain de sports. Il n’eut pas le temps de voir son projet aboutir. Le Frère Losq mourut subitement sur ce terrain de Kermoguer, le 7 octobre 1928. En 1932, le terrain était acquis et la première division pouvait y jouer au foot-ball sur un terrain réglementaire !

Après la guerre, on se donna les moyens d’en faire un vrai stade moderne.

Le rédacteur du palmarès 1951-52 pouvait conclure : « Notons en terminant que sur le terrain de Kermoguer, un puissant « Scraper » a achevé les gigantesques terrassements que nécessite l’installation d’un stade moderne. Parfaitement drainé, transformé en pelouse, notre terrain de Kermoguer verra dès la prochaine rentrée évoluer nos équipes ambitieuses de conserver les trophées brillamment conquis cette année »

JPEG - 130.6 koVue aérienne de l’ensemble du Likès

JPEG - 147.8 koVue aérienne de Quimper. Le Likès se trouve au milieu et à gauche

Directorat de Frère Eugène Le Viavant

JPEG - 15.5 koLe départ du Frère Le Guellec n’arrêta pas le temps des constructions. Son successeur, Frère Eugène Le Viavant, qui fut directeur des sports avant la guerre, allait même changer la face du Likès !

Depuis la fin du 19ème siècle et la construction de la Chapelle, l’entrée de l’école se faisait rue de Kerfeunteun, près des cuisines . Les bâtiments donnant sur le Champ de Foire étaient utilisés par la maison de retraite des Frères et le Noviciat. A l’avant de ces constructions se trouvait un fort beau jardin.

A partir de 1962, une nouvelle entrée, une nouvelle cour d’honneur et une nouvelle façade vont nous donner l’image du Likès que l’on connaît actuellement.

20 mai 1962 : Inauguration des bâtiments de la façade sud

En accueillant le Cher Frère Charles-Edmond, Assistant du Très Honoré Supérieur Général, André Le Formal, élève de Sciences expérimentales déclarait : « Depuis quelques années, grâce à l’optimisme et à l’esprit entreprenant du C.F. Directeur, nous voyons surgir de nouveaux bâtiments, se rajeunir et s’exhausser les anciens, s’installer le chauffage central, s’équiper les laboratoires, s’aménager un terrain « up to date » d’éducation physique ; pour tout dire en langage moderne se concevoir une organisation fonctionnelle. »

JPEG - 121.1 koLa façade sur le Champ de Foire avant 1962

JPEG - 84 ko

Le projet :

Les objectifs de ces travaux importants avaient été présentés par le Cher Frère Directeur, Eugène Le Viavant, dans le numéro 105 de la revue « Le Likès » - janvier février 1960.

« Il s’agit de résoudre au mieux les importants problèmes ci-après :

  1. Aménager l’entrée d’honneur de l’Ecole par le Sud (Champ de Foire, dont on souhaiterait qu’il changeât de nom et... d’utilisation !).
  2. Construire un bâtiment pour y loger dignement l’Administration et les salles de réception.
  3. Donner une chambre à chaque Professeur interne (et, notamment, aux Frères), Il s’agit donc, ici, d’un problème social élémentaire.
  4. Construire des classes vraiment confortables et groupées par Divisions avec facilités de circulations.
  5. Aménager à proximité immédiate de chaque dortoir des blocs sanitaires (douches comprises) convenables.
  6. Par le transfert de certains services, libérer des locaux pour les rendre disponibles, à titre de foyers, pour les diverses Divisions.
  7. Après ces premières réalisations construire deux internats pour les élèves de 1ère Division, avec chambres individuelles. »

JPEG - 145.1 koVue du Likès vers le Sud. On remarque le nouveau stade d’athlétisme et les bâtiments de l’internat. En bas l’ensemble St Charles

Les réalisations

Ouverture des premières classes en 1960

La rentrée de 1960 était initialement fixée au 19 septembre. Malgré les efforts des entreprises qui s’affairaient sur le chantier likésien, il fut impossible d’accueillir les élèves à la date prévue. Personne ne se plaignit de voir ainsi les vacances se prolonger d’une semaine.
Le mardi 26 septembre 1960, les élèves de sixièmes et cinquièmes occupaient six nouvelles classes du bâtiment en construction, dont la première tranche était sur le point de se terminer. Ce sera fait en novembre où trois nouvelles classes vont être ouvertes.

Fin des travaux sur les bâtiments de la façade sud en 1962

Dans son exposé du 20 mai 1962, jour de l’inauguration, le C. F. Directeur a présenté une large vue d’ensemble sur la marche de l’école : entrée en service des locaux d’Administration et de Communauté ; certains autres sont seulement en état de finition : chapelle des Frères, garages, maison de la conciergerie ; terrain d’éducation physique - qui ne pourra malheureusement pas être inauguré aujourd’hui - « 125 chambres individuelles pour les élèves des premières et des classes terminales sont en construction et entreront en service dès septembre 1962. Le chauffage central, pour toute la maison, est en installation... L’expression « user ses fonds de culottes sur les bancs » n’est plus valable au Likès depuis que les chaises ont fait leur apparition. »

JPEG - 96.4 koDébut des travaux de la 1ère tranche en 1959

JPEG - 103.6 koDémolition du bâtiment St Joseph

JPEG - 100.1 koLe bâtiment administratif est déjà bien avancé

JPEG - 115.9 koSeptembre 60, déménagement pour équiper les nouvelles classes

JPEG - 143.2 koVue aérienne au milieu des années 1960. Le bâtiment de l’auditorium est déjà construit

JPEG - 96.6 koLa nouvelle cour d’honneur et la facade donnant sur le Champ de Foire

Publié le : lundi 16 avril 2012

LE LIKès | La Salle - Quimper

20, Place de la Tourbie - 29196 QUIMPER Cédex
Tél. 02 98 95 04 86 - Fax 02 98 95 06 24

Contact | Plan du site | Mentions légales

suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter

une création : www.studioentete.com