1STMG3 à la découverte de l’économie sociale et solidaire

Dans le cadre de notre programme de Management des organisations et Sciences de Gestion, notre classe (1STMG3), a été visiter l’entreprise BIOCOOP à Quimper.

Gérant du magasin, M. PICARD, nous a d’abord laissé visiter le magasin en toute autonomie pour que nous puissions découvrir les produits biologiques en vente dans son entreprise. Par la suite, M. PICARD accompagné d’une de ses employés, nous a expliqué les provenances des produits en vente dans leur enseigne et pourquoi certain d’eux nous paraissaient étranges.
On nous a donc expliqué que le magasin a été créé il y a 5 ans et que depuis il avait décidé avec sa femme, en tant que gérants, de diviser leur commerce en différents secteurs : il y a le secteur alimentaire (secteur sec et secteur frais) et le secteur des produits non-comestibles où on y trouve, par exemple, du démaquillant, du dentifrice à l’argile, savon et plein d’autres produits. Chaque secteur a un responsable afin de bien gérer les stocks et de gérer du mieux possible la répartition des tâches. Les rayons ont également tous un responsable, ce qui sert à bien présenter les produits, étiqueter les prix, vérifier la propreté du magasin et pouvoir aider et servir du mieux possible les clients.

Au niveau hiérarchique, sous ses chefs de rayons se trouvent des employés libres services, c’est-à-dire qu’ils n’ont pas de poste attitré, ils sont polyvalents. Dans cette entreprise il y a 17 acteurs qui travaillent, deux gérants (M. et Mme PICARD) et 15 salariés. Les gérants recrutent leurs salariés en fonction de leur autonomie, formation, engagement, expérience, réputation, et également en fonction du savoir- être de la personne face à eux. Il n’y a pas d’âge requis pour pouvoir travailler dans leur entreprise si ce n’est d’être majeur.
Pour ce qui est des produits en vente dans l’enseigne Biocoop, nous avons demandé plusieurs renseignements au gérant. Il nous a donc expliqué que les produits biologiques sont sans OGM, c’est-à-dire sans produits toxiques dessus, viennent de Bretagne, de France afin d’éviter au maximum l’émission de CO² dû aux transports. Mais ils viennent également du Pérou et d’autres pays du sud pauvre. Ceci permet de leur créer une nouvelle source de richesse pour qu’ils puissent vivre et créer des écoles pour que les enfants des villages étudient. C’est ce qu’on appelle le commerce équitable.
Les produits vendus à la BIOCOOP sont très variés, leurs prix ne sont pas forcément plus chers malgré ce que l’on veut nous faire croire. Leur impact sur la santé est moindre contrairement aux différents produits achetés en grandes surfaces qui, eux, sont pleins de pesticides donc pleins de produits dangereux pour la santé. Leurs goûts ne sont pas forcément différents, mais les produits en ventes peuvent ne pas être trouvables en grande surface par exemple.
M. Picard a également fait une constatation : il est difficile de faire changer les habitudes des gens. Mais une question sur laquelle il faudrait réfléchir : "Préférez-vous une belle pomme brillante sans vitamines et toxique ou préférez-vous une pomme fraîche cueillie dans un jardin pas très brillante mais avec beaucoup de goût et remplie de vitamines ?"

Amélie POULAIN et Blandine LE HENAFF- 1ère STMG3 -

Publié le : dimanche 8 décembre 2013

LE LIKès | La Salle - Quimper

20, Place de la Tourbie - 29196 QUIMPER Cédex
Tél. 02 98 95 04 86 - Fax 02 98 95 06 24

Contact | Plan du site | Mentions légales

suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter

une création : www.studioentete.com